formats

Bienvenue sur Radio-Dzair.com

Publié le 14/10/2015, par dans Non classé.
formats

« Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien ? », un livre-enquête signé Ahmed Bensaada

Publié le 02/06/2020, par dans Non classé.

ALGER- « Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien ? », un livre-enquête de l’universitaire Ahmed Bensaada, consacré au Hirak, mouvement populaire de constatation et ses leaders « autoproclamés » et l’implication d’organisations étrangères dans la vie politique et associative en Algérie, a été publié dernièrement.

Paru aux éditions Apic, cet ouvrage de 136 pages, enquête sur le parcours d’acteurs ayant fait l’actualité, pour certains inconnus des Algériens, et qui ont émergé de la houle du Hirak pour en devenir « des ténors de ce mouvement » de constatation populaire, né le 22 février 2019, « une prise de conscience collective qui a permis la réappropriation de l’espace public et une reconquête de la scène politique ».

L’auteur a focalisé son enquête sur plusieurs « célébrités du Hirak », « proposées peu de temps après les manifestations populaires par certains organismes étrangers et agitateurs professionnels ». L’objectif, analyse l’auteur, étant de « récupérer ce soulèvement populaire en vue de le dévier de sa trajectoire » et de le « mettre au service d’un plan étranger inavoué ».

Selon lui, ces « acteurs » ont été proposés pour « constituer une instance de transition et exercer les prérogatives d’une présidence collégiale » qui devra nommer, un « gouvernement provisoire et préparer les élections présidentielle et législative ».

Le livre-enquête lève voile sur ces « ténors autoproclamés » du Hirak et leurs liaisons « dangereuses » avec des puissances étrangères et organismes américains dont NED (National Endowment for Democracy), qui finance des organisations activant en Algérie.

Dans sa préface, Majed Nehmi note que cette enquête est une « contribution majeure pour la compréhension des jeux et enjeux qui se cachent derrière les postures nihilistes des puissances étrangères vis-à-vis de l’Algérie ».

Très documenté, l’ouvrage consacre un grand espace aux extraits de rapports d’organismes étrangers.

Chercheur et enseignant, Ahmed Bensaada est auteur de plusieurs ouvrages dont « Arabesque- enquête sur le rôle des Etats-Unis dans les révoltes arabes » (2015) , son premier livre d’investigation édité au Canada, en Belgique et en Algérie.

Lire la suite

formats

Cherfi: un concours national pour libérer l’énergie et traduire les préoccupations des enfants

Publié le 02/06/2020, par dans Non classé.
Cherfi: un concours national pour libérer l'énergie et traduire les préoccupations des enfants

ALGER – Un concours national a été lancé lundi à Alger au profit des enfants pour leur permettre d’exprimer leurs préoccupations et donner leur avis sur les divers sujets qui les intéressent à travers le dessin, le chant, l’écriture et le conte à l’occasion de la Journée internationale de l’enfant coïncidant avec le 1 juin courant.

Intervenant à cette occasion, la déléguée nationale chargée de la protection de l’enfance, Meriem Cherfi a affirmé que ce concours national, organisé par l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE) qu’elle préside, en coordination avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), visait à « offrir l’opportunité aux enfants algériens, astreints au confinement du fait du Covid-19, d’exprimer leurs préoccupations et défendre, voire réclamer et promouvoir leurs droits pour un avenir prometteur ».

Mme Cherfi a qualifié d’importante l’occasion qui intervient cette année dans une conjoncture sanitaire difficile, car elle permet d’évaluer les acquis jusque-là réalisés en matière de protection et de promotion des droits de l’enfant, rappelant à ce propos la loi de 2015 relative à la protection de l’enfant, considérée comme un acquis majeur pour cette catégorie.

Les résultats de ce concours national qui permet aux enfants de mettre en exergue leurs talents et créativité et de libérer leur énergie dans diverses activités seront proclamés le 15 juillet prochain, à l’occasion de la Journée nationale de l’enfance.


Lire aussi: Concours de composition épistolaire 2020: dix élèves lauréats distingués


Des Prix conséquents seront à cette occasion distribués aux lauréats, a précisé la ministre qui rappelle que les travaux réalisés devront être expédiés par voix électronique.

Par ailleurs, Mme Cherfi a affirmé que son organe avait traité, de janvier à nos jours, quelque 1.020 signalements, dont 590 concernant la catégorie masculine, en sus de la réception de plus de 400.000 appels téléphoniques via le numéro 11-11.

De son côté, la représentante de l’UNICEF en Algérie, Soraya Houcine a souligné l’importance de célébrer cette journée internationale de l’enfant en dépit des circonstances difficiles auxquelles est confronté le monde entier en raison de la pandémie de Coronavirus, rappelant l’engagement de l’UNICEF pour « continuer à travailler avec l’ONPPE et toutes les parties prenantes en Algérie, en vue de mettre en œuvre les dispositions de la Convention internationale des droits de l’enfance (CIDE) et de protéger l’avenir de cette frange de la société.

Organisé sous le slogan « Tous les enfants sont en droit de chanter, raconter et dessiner », ce concours est une occasion pour les enfants d’exprimer leurs besoins et préoccupations en mettant en relief leurs talents, compétences et aptitudes dans différentes activités, a-t-elle estimé, relevant la nécessité de fédérer les efforts avec toutes les parties concernées, notamment la société civile.

Lire la suite

formats

Un ouvrage international sur l’enfance en voie d’édition co-dirigé par un algérien

Publié le 01/06/2020, par dans Non classé.

ORAN – Un ouvrage international sur la vulnérabilité et la qualité de vie des enfants dans le monde est en voie de publication, a-t-on appris lundi à Oran de l’universitaire algérien Habib Tiliouine, co-directeur de ce projet de recherche.

Il s’agit d’un ouvrage international intitulé « Handbook of Children’s Security, Vulnerability and Quality of Life : Global Perspectives » (Manuel sur la sécurité, la vulnérabilité et la qualité de vie des enfants : perspectives mondiales), a précisé M. Tiliouine dans une déclaration à l’APS à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance.

Ce professeur à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran-2 « Mohamed Benahmed » a expliqué que la publication constitue « une réponse à la situation de fragilité et de précarité dans laquelle se trouvent des millions d’enfants dans les quatre coins du monde ».

Une cinquantaine de chercheurs ont participé à la rédaction du contenu de cette publication, sous la direction de Habib Tiliouine pour le monde Arabe et l’Afrique et de trois autres spécialistes pour les continents Europe, Amérique et Asie/Australie.

Les auteurs ont mené « une analyse approfondie des concepts de sécurité, de vulnérabilité en relation avec la qualité de vie de cette tranche fragile de la société qu’est l’enfance », a déclaré M. Tiliouine, évoquant notamment les cas des enfants en situation d’handicaps physique, mental, social (exploitation, violence), et d’inégalité dans divers domaines (santé, éducation, loisirs).

Le manuel est également consacré aux expériences internationales en matière de programmes de protection des enfants et de gestion des institutions et établissements réservés aux enfants et ceux en situation de précarité et fragilité.

La situation des enfants algériens est quant à elle mise en relief à travers le rôle de la société civile et les initiatives d’actions de solidarité, a-t-il fait savoir.

Directeur d’un laboratoire de recherche à l’Université d’Oran-2, M. Tiliouine est aussi membre de la commission nationale de validation des publications scientifiques en Algérie.

Ses études sur la qualité de vie en Algérie et dans le monde lui ont valu en 2015 le « Research Fellow Award », récompense scientifique honorifique instituée par la Société savante « International Society of Quality of Life Studies », basée à Phoenix aux Etats-Unis.

Lire la suite

formats

Concours de composition épistolaire 2020: dix élèves lauréats distingués

Publié le 01/06/2020, par dans Non classé.
Concours de composition épistolaire 2020: dix élèves lauréats distingués

ALGER – Dix élèves lauréats du Concours national de composition épistolaire en langues arabe et amazighe (édition 2020) ont été distingués, lundi, lors d’une cérémonie organisée en visioconférence entre Alger et 9 wilayas du pays dans le cadre de la 49ème édition du Concours international de composition épistolaire, qui sera organisée par l’Union postale universelle (UPU).

Les résultats de ce concours, dédié aux jeunes âgés de moins de 15 ans, ont été annoncés en présence du ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, du ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, et de la Déléguée nationale de l’Organe de protection de l’enfance, Meriem Chorfi.

Le jury de ce concours a sélectionné 10 compositions épistolaires rédigées en langues arabe et amazighe, dont le thème central pour cette année est : « Ecris un message à un adulte sur le monde dans lequel nous vivons ».

Le premier Prix a été décroché par l’élève Abdelkader Boumaaza (âgé de 11 ans) de la wilaya de Laghouat qui a écrit une lettre, en langue arabe, au secrétaire général de l’Onu l’appelant à promouvoir la paix dans le monde et à œuvrer davantage à la protection de l’enfance. Le lauréat de Laghouat représentera l’Algérie à la finale du concours de l’Union postale universelle.


Lire aussi: Abdelkader Boumaâza décroche le 1er prix du concours international d’écriture de messages aux enfants


La deuxième place est revenue à l’élève Nihal Laïssoub (9 ans) de Skikda et la troisième place à l’élève Nezzar Tassadit (14 ans) de Tizi-Ouzou. Les autres lauréats sont issus d’El Oued, Annaba, Tizi-Ouzou, Sétif, Tipaza, Mascara et de Jijel.

A cette occasion, M. Boumzar a salué l’ensemble des participants au concours national dont le nombre dépasse les 12.000 et qui étaient invités à exprimer leurs opinions sur ce qu’ils pensent du monde qui les entoure.

Il a qualifié d' »appréciable » le nombre de participants au concours, lancé du 22 février 2020 au 12 mars de la même année, notamment au vu des « circonstances exceptionnelles que connaissent notre pays et le monde entier à cause de la pandémie du coronavirus Covid-19) ».

« Organisé pour la quatrième fois consécutive par l’Algérie, ce concours vise à développer les compétences des enfants dans le domaine de la composition épistolaire et les incite à mettre en exergue leurs aptitudes rédactionnelles et leur esprit d’innovation », a-t-il indiqué, soulignant que ce concours vise aussi à les sensibiliser à l’importance du rôle des services postaux dans le monde.

Il est à relever que des affiches comportant les règles du concours avaient été diffusées à travers 4000 bureaux de poste et 27000 établissements scolaires, outre les réseaux sociaux du ministère de la Poste et des Télécommunications et du ministère de l’Education nationale, organisateurs de ce concours épistolaire.

Selon les organisateurs du concours national, à cause du Covid-19, l’opération d’évaluation des lettres, qui devait passer par trois étapes, soit le tri au niveau des wilayas suivi par le tri régional et enfin le tri national, est passée directement du tri au niveau des wilayas, au tri national durant lequel les membres du jury ont procédé en date du 6 mai 2020 à l’étude et l’évaluation de 250 lettres, pour parvenir ainsi à la sélection et au classement des dix meilleures lettres.

« Aussi, et pour plus de transparence, les dix enfants lauréats ont été invités à réécrire leurs lettres en présence du directeur de wilaya de la poste et des télécommunications dans les wilayas concernées », a-t-on ajouté.

Les lettres sélectionnées avaient pour objet la paix, la protection de l’enfance, les problèmes de l’humanité en plus du sujet d’actualité, soit la pandémie du Coronavirus.

Parmi les conditions de participation à ce concours figurent le respect strict du sujet et le nombre de mots autorisés (soit 1000 mots) et l’envoi de la composition, par voie postale.

La lettre gagnante de chaque pays doit être soumise au Bureau international au plus tard le 5 mai 2020, indique l’UPU sur son site internet (www.upu.int).

Près d’un million d’enfants de 41 pays ont participé au concours de 2019, dont le thème était « Ecris une lettre sur ton héros ».

Lire la suite

formats

Abdelkader Boumaâza décroche le 1er prix du concours international d’écriture de messages aux enfants

Publié le 01/06/2020, par dans Non classé.
Abdelkader Boumaâza décroche le 1er prix du concours international d'écriture de messages aux enfants

LAGHOUAT- Le premier prix du concours international d’écriture de message enfants a été décroché par le jeune Abdelkader Boumaâza issu de la commune de Hassi-Delâa (wilaya de Laghouat), a-t-on appris lundi auprès de la direction locale de la Poste et des télécommunications.

Boumaâza Abdelkader s’est vu décerner ce prix pour son message « La Paix » adressé au Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), Antonio Gutteres, l’appelant à faire prévaloir la paix de par le monde pour permettre aux enfants de vivre dignement.

Une réception en l’honneur du jeune lauréat a été organisée virtuellement au siège de la direction de la Poste et des Télécommunications de la wilaya de Laghouat via une visioconférence animée par le ministre du secteur, Brahim Boumzar, en compagnie du ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, et de la déléguée nationale à la protection de l’enfance et présidente de l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE), Meriem Cherfi.

« Je suis très fier du niveau atteint par les enfants en termes de choix des thèmes de messages riches de sens, rendant l’espoir et semant les valeurs humaines et nationales », a affirmé le ministre de la Poste et des Télécommunications lors de la vidéoconférence.

M.Boumaaza a souligné que « la Journée internationale de l’Enfance est célébrée cette année de manière virtuelle, en raison de la situation sanitaire exceptionnelle que traverse le pays ».

Se félicitant de cette consécration, le ministre de l’Education nationale a indiqué, de son côté, que ce concours traduit la notion de l’émulation scientifique qui renforce les activités cognitives des enfants et jette les bases de la prospection de talents dans l’art épistolaire et du discours, en vue de les accompagner, de les orienter et les mettre sur la bonne voie ».

Le deuxième prix de cette compétition internationale est revenu à Dezzar Tassadit (wilaya de Tizi-Ouzou) pour son message en langue amazighe appelant à la prévention contre la pandémie du Coronavirus, alors que Nihal Laïssaoune (wilaya de Skikda), a reçu le 3ème prix pour son texte en arabe traitant des épidémies et des fléaux sociaux et les voies permettant de s’en prémunir.

Lire la suite

formats

Sorti en Europe de « Ahney », nouvel album des « Tikoubaouine »

Publié le 31/05/2020, par dans Non classé.
Sorti en Europe de

ALGER- Un album résolument inscrit dans la world music, oscillant entre le Desert Blues, style de musique targui très en vogue, le reggae, le rock et le folk a été édité commercialisé récemment en Europe par le groupe « Tikoubaouine » sous le titre « Ahney » (vision).

Ce nouvel opus de douze titres majoritairement chantés en Tamasheq (variante de Tamazight parlée par les touareg algériens et de toute la région du Sahel) a été produit en Algérie par « Ostowana Music » avant d’être distribué en France, en Belgique, en Suisse et au Maroc ainsi que sur les plateformes de téléchargement sur Internet par le label français « Labalme music ».

Ce deuxième album du groupe devrait être disponible en Algérie après la levée des mesures de prévention de la propagation du coronavirus, le groupe souhaitant présenter son travail au public lors d’un grand concert.

Single à succès, « Tiniri » (désert) donne la La de cet album par un voyage dans l’aire de vie des nomades du grand sud porté par des sonorisations typiques de l’Assouf, un jeu de guitare particulier devenu la marque de fabrique du genre, une basse aux influences reggae et une percussion alliant la batterie aux instruments et rythmes traditionnels targui.

Ce titre accompagné d’un clip tourné dans les grands espaces du sud algérien, est un cri du coeur qui chante le quotidien difficile des populations nomades les plus vulnérables.Des titres comme « Aksanagh Tarha » (amours inaboutis), « Elalem » et « Amidinin » (mes amis) confirme l’orientation du groupe vers une fusion entre musique et textes tergui et une grande influence reggae également audible dans le chant.

Des balades proches de la folk avec un timbre targui dominant sont également proposées par les Tikoubaouine dans des titres comme « Dounia Wassl », ou encore « Irilan Aman » (celui qui a de l’eau), un véritable voyage musical dans les grands espaces porté par des percussions traditionnelles et des sons de guitare assez métalliques et proche de l’unplugged.

La touche des « Tinariwen », maîtres incontestés et précurseurs du blues du désert, se retrouve dans le titre « Aytma » (mes frères) qui reproduit la même configuration instrumentale de ce groupe mythique qui a influencé toute la création musicale contemporaine des régions du Tassili et de l’Ahaggar.

Créé en 2010, ce groupe issu du grand sud algérien est composé des chanteurs et guitaristes Said Benkhira et Hocine Deggar, du bassiste Abdelhafidh Oumari et du percussionniste Djaber Asserir. Ils ont animé de nombreuses scènes dans différentes villes du pays avant de sortir en 2016 son premier album intitulé « Dirhan » (le souhait).Cette opus a permis aux Tikoubaouine de se produire en France et au Canada.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair