formats

Bienvenue sur Radio-Dzair.com

Publié le 14/10/2015, par dans Non classé.
formats

La préservation du mausolée royal Imedghassèn, responsabilité de tous

Publié le 15/12/2019, par dans Non classé.
La préservation du mausolée royal Imedghassèn, responsabilité de tous

BATNA- Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi, a insisté dimanche à Batna sur l’urgence de préserver le mausolée royal numide Imedghassèn, soulignant que « c’est une grande responsabilité qui incombe à tout un chacun ».

Lors d’une visite d’inspection à ce monument historique, situé dans la commune de Boumia et dont la construction remonte au début du 3ème siècle avant l’ère chrétienne, le ministre a indiqué que sa présence au site est « la preuve de l’intérêt qu’accorde le gouvernement et l’Etat à de tels vestiges ».

Hassan Rabehi a également appelé à faire montre de « davantage d’intérêt par l’engagement d’une étude et par la mobilisation des moyens nécessaires et ce, dans les meilleurs délais, en vue de sa restauration (le mausolée royal) et d’en faire une destination pour les archéologues », considérant que ce genre de monuments est « la propriété de l’Algérie et, dans le même temps, de l’humanité entière ». De ce fait, a-t-il dit, « les organisations internationales intéressées par le patrimoine culturel peuvent manifester leur intérêt pour la protection de ce monument ».

« Nous œuvrerons à examiner les chartes et conventions paraphées par l’Algérie avec des Etats et des organisations dont l’Unesco pour voir ce que ces partenaires peuvent apporter à la prise en charge de ce monument », a ajouté le ministre.

M.Rabehi a salué l’initiative de l’université de Batna d’ouvrir une filière en archéologie et restauration laquelle peut être généralisée aux autres universités. Il a suivi, sur site, un exposé sur le mausolée son histoire, sa situation actuelle et les opérations de restauration dont il a fait l’objet depuis les années 1970 à ce jour.

Le ministre qui était accompagné des directeurs généraux de l’Agence Algérie presse service (APS), de la télévision algérienne et de la radio nationale a visité, à la galerie Chérif Merzougui au complexe culturel et sportif de la cité Kechida, une exposition collective des arts plastiques.

M.Hassan Rabehi a entamé sa visite par l’inauguration d’un centre régional de la télévision algérienne, d’un siège de l’APS et d’une maison de la presse.

Le directeur général de l’APS, Fakhreddine Beldi, a indiqué que l’APS œuvre à « s’affirmer en média global exploitant les divers interfaces d’infographie, de vidéo et de photographie », tout en valorisant, à l’occasion, le nouveau siège de l’APS à Batna qui, a-t-il noté, « contribuera à atteindre cet objectif ».

M.Beldi a affirmé que l’APS déploie de grands efforts pour développer ses services par la création de sites électroniques dans les langues arabe, amazighe dans ses variantes et française, outre sa présence sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

formats

Journée mondiale de la langue arabe : l’art de la calligraphie maghrébine mise en exergue au musée Ahmed Zabana d’Oran

Publié le 15/12/2019, par dans Non classé.
Journée mondiale de la langue arabe : l'art de la calligraphie maghrébine mise en exergue au musée Ahmed Zabana d'Oran

ORAN – L’art de la calligraphie maghrébine a été mis en avant dimanche lors d’une exposition ouverte au musée national « Ahmed Zabana » d’Oran dans le cadre de la Journée mondiale de la langue arabe célébrée le 18 décembre de chaque année.

Placée sous le slogan « Calligraphie arabe histoire, art et créativité », cette exposition comporte une collection de monnaies frappées au caractère arabe maghrébin datant des époques ottomane, de l’Emir Abdelkader (1832-1847) et des dynasties « Saadia », « Almohade » et « Merinide, qui est jalousement conservée au musée Ahmed Zabana.

Le visiteur découvre, au travers la numismatique, pièces en argent, en bronze et en or, en majorité des dinars frappés à « Tagdemt » (Tiaret), Tlemcen et Sedjelmassa, une somme de renseignement sur la culture, l’histoire, l’art, la politique du pays, voire même sa religion au travers des civilisations qui s’y sont succédées. Ces monnaies mettent en valeur la beauté de la calligraphie maghrébine que le penseur, sociologue et historien Ibn Khaldoun a traité dans son célébre ouvrage « El Muqaddima ».

A l’occasion de cette manifestation, le musée national de calligraphie islamique de Tlemcen expose des affiches de copies datant des 12e, 15e et 18e siècles illustrant des « hizb » (verset) du Coran et des textes d’exégèse et autres explications de termes médicaux et pharmaceutiques, utilisant la calligraphie maghrébine.

Une collection de tableaux d’art du plasticien Taleb Mahmoud est proposée aux amateurs de la calligraphie arabe où ils peuvent découvrir cette école et sa créativité en lettre arabe. En outre des activités sont programmées dont un atelier de calligraphie arabe ouvert aux enfants.

L’exposition, qui se poursuivra jusqu’au 31 décembre en cours, est organisée par le musée « Ahmed Zabana » en collaboration avec la faculté des lettres, langues et arts de l’université d’Oran 1 « Ahmed Benbella », la maison de la culture d’Oran et le musée national de calligraphie islamique de Tlemcen.

Lire la suite

formats

Belmahdi distingue les lauréats au Concours international de récitation du Coran de Tunis

Publié le 15/12/2019, par dans Non classé.
Belmahdi distingue les lauréats au Concours international de récitation du Coran de Tunis

ALGER – Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmahdi a présidé, dimanche à Alger, la cérémonie de distinction des lauréats Ahmed Bensedira et Haitham Nour-El-Yakine Belmahdi qui ont représenté l’Algérie au Concours international de récitation, de psalmodie et d’exégèse du Saint Coran de Tunis.

S’exprimant à cette occasion, le ministre a précisé que la victoire de ces deux lauréats « dénote l’intérêt qu’accorde l’Etat à la récitation, à la psalmodie et à l’exégèse du Saint Coran ».

Pour le ministre, cette réussite et la participation des représentants de l’Algérie aux jurys des concours internationaux de récitation et de psalmodie du Coran « témoignent de la richesse du patrimoine culturel et civilisationnel de l’Algérie et de la contribution de ses oulémas à l’image de Abderrahmane Et-Thaalibi, Abdelhamid Ben Badis et d’autres à faire l’exégèse du Coran ».

Il a annoncé, à ce propos, qu’il poursuivra la présentation « des candidatures aux concours de récitation du Coran dans les différents concours internationaux ».

La distinction par le ministère des participants à ce concours en l’occurrence Ahmed Bensedira originaire de Batna et Haithem Nour El Yakine Belmahdi de Sidi Bel Abbes intervient en reconnaissance de leurs efforts, après avoir décroché respectivement la première et la deuxième place au concours international de Tunis et honoré l’Algérie.

L’élève Ahmed Bensedira avait été également classé premier au Concours international de récitation du Coran du Qatar.

Lire la suite

formats

Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser  

Publié le 14/12/2019, par dans Non classé.
Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser

BOUMERDES- Le site archéologique « Mers Eddadjadj » (port-aux-poules) à Zemmouri Marine (Boumerdès est) constitue l’un des plus prestigieux sites découverts ces dernières années, de par ses valeureux vestiges témoins des différentes civilisations qui y se sont succédées, d’où la nécessité d’assurer sa protection et sa revalorisation pour éviter son déclin et sa décadence.

Situé à l’entrée principale de Zemmouri marine, un vaste espace éclaté s’offre au visiteur. Ce site à l’abandon, découvert en 1996, a été pourtant classé patrimoine national culturel en 2016, d’où le besoin incessant de créer, sur place, une section spéciale pour les archéologues et étudiants afin de revaloriser ce site et préserver les pièces archéologiques enfouies, en attendant leur transfert vers les musées.

Après l’inscription des vestiges de ce site sur l’inventaire additionnel des biens culturels de la wilaya de Boumerdès, des fouilles ont été menées en 2018 et 2019, ayant permis notamment la découverte de pièces archéologiques remontant aux différentes époques historiques. Cependant, le site demeure sans protection et sujet au pillage et à la destruction.

A l’issue des fouilles réalisées l’été passé par une équipe de spécialistes de l’Université d’Alger et du Centre national de recherches en archéologie (CNRA), le site de sept hectares regorgerait de vestiges attestant de l’existence d’une ville antique peuplée jadis.

Les habitants de la commune de Zemmouri marine attendent impatiemment la valorisation de ce site qui renferme énormément de vestiges pouvant contribuer, de manière efficace, à la promotion de la destination touristique et culturelle de cette ville côtière en y attirant des touristes, des estivants et les passionnés par le patrimoine.

Un bureau d’études spécialisé pour l’élaboration d’un plan technique

Pour la sauvegarde et la valorisation de ce site archéologique important, un bureau d’étude spécialisé s’est lancé dans l’élaboration d’un plan technique permanent pour la protection et la sauvegarde du site « Mers Eddadjadj », suite à des investigations archéologiques triennales menées par l’Institut national d’archéologie et l’association locale « Souagui », a indiqué le Directeur de la Culture, Koudid Abdelaali.

Le bureau d’études en question a été choisi par la commission de wilaya de protection des biens culturels pour l’élaboration de ce plan, suite au classement du site patrimoine national culturel en 2016.

Selon M. Koudid, ce plan constitue un outil de réhabilitation et de reconstruction portant des orientations juridiques et règlementaires pour la protection du site et son exploitation en tant qu’espace touristique.

Le site « Mers Eddadjadj », formé de couches souterraines archéologiques appartenant aux différentes époques historiques, a bénéficié en 2017 de travaux de prospection archéologique effectués par des étudiants de l’institut d’archéologie relevant de l’université d’Alger 2 avec la participation d’enseignants et de chercheurs de différentes spécialités, en sus du sondage archéologique effectué en mars 2007 ayant donné lieu à d’importantes découvertes à l’origine du classement du site patrimoine culturel national, le 28 avril 2016.

Pour Dr Ismail Benaamne, archéologue, en se référant aux opérations de prospection et aux sources et références historiques, ce site renfermerait la ville historique « Mers Eddadjadj », célèbre à l’époque islamique et connue sous l’apellation « Rusubikari » à l’époque romaine et fut un important comptoir de négoce à l’époque des phéniciens.

En 1225, ce pôle économique important a subi une attaque militaire menée par Yahia Ben Abi Ghania El Miourki, qui avait conduit une révolte contre les Almohades, en détruisant leurs villes et forts, dont cette cité, qui fut dès lors ensevelie sous le sable des siècles durant, avant de réapparaitre en 2006, a-t-il ajouté.

Lire la suite

formats

Rabehi reçoit l’ambassadeur de Turquie à l’issue de sa mission en Algérie

Publié le 11/12/2019, par dans Non classé.
Rabehi reçoit l'ambassadeur de Turquie à l'issue de sa mission en Algérie

ALGER- Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassane Rabehi, a reçu mercredi à Alger l’ambassadeur de Turquie, Mehmet Poroy, qui lui rendait une visite d’adieu au terme de sa mission en Algérie.

Lors de l’entretien, les deux parties ont exprimé leur « satisfaction » quant aux « relations fraternelles » entre les deux pays ainsi que la nécessité de les développer davantage, indique-t-on dans un communiqué.

Rabehi a mis l’accent sur la « disponibilité de l’Algérie d’élargir les programmes de coopération culturelle qui puisent leur essence dans les relations historiques solidement enracinées ».

Il a ajouté que les deux pays « ont en partage un riche legs historique, favorable à la consolidation et à la promotion culturelle bilatérale », souligne-t-on.

De son côté, le diplomate turc a exprimé la volonté de son pays à poursuivre et à entretenir cette coopération « très étroite » et s’estfélicité du « rôle positif de l’Algérie » dans le renforcement de ces liens, conclut le communiqué.

Lire la suite

formats

Le documentaire « Nice Very Nice » en compétition au Sénégal

Publié le 11/12/2019, par dans Non classé.
Le documentaire

ALGER- Le court métrage documentaire « Nice Very Nice » du jeune réalisateur El Kheyer Zidani a été sélectionné en compétition du 10e Festival international du film documentaire de Saint-Louis prévu dans cette ville sénégalaise du 16 au 21 décembre, annoncent les organisateurs.

D’une durée de 16 mn, « Nice Very Nice » relate le quotidien de « Didou » qui érige en souvenir de son épouse en lui érigeant un petit musée dans la maison familiale à la Casbah d’Alger. A la mémoire de la défunte qui avait toujours souhaité vivre dans un palais ottoman, « Didou » refait la décoration de sa maison, progressivement avec les moyens du bord.

Présenté au Short Film Corner du Festival de Cannes en 2018, « Nice Very Nice » a été présenté dans plusieurs festivals internationaux et primé en Algérie, en Egypte et en Tunisie.

A Saint-Louis, le film sera en compétition avec « Demal » du sénégalais Loic Hoquet, « I am sheriff » du sud-africain Teboho Edkins ou encore « Une autre journée ensoleillée » du namibien Tim Huebschle.

Sept autres films documentaires sont également en compétition dans la catégorie des longs et moyens métrages: « Le procès contre Mandela et les autres » coréalisé par les Français Nicolas Champeaux et Gilles Porte, « Poisson d’or, poisson africain » du sénégalais Moussa Diop, ou encore « Boxing Libreville » de Amédée Pacôme Nkoulou (Gabon).

Créé en 2010, le Festival international du film documentaire de Saint-Louis est organisé par l’association « Krysalide diffusion » en partenariat avec des centres culturels et universitaires sénégalais et étrangers.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair